Livre numérique Magie et illusion au Moyen Âge

Magie et illusion au Moyen Âge

Auteurs : Danielle Buschinger (Auteur), Francis Gingras (Auteur), Marie-Geneviève Grossel (Auteur), Manuel J. Pelaez (Auteur), Roger Bellon (Auteur), Romaine Wolf-Bonvin (Auteur), Jean-Charles Herbin (Auteur), Dominique Lagorgette (Auteur), Maria José Palla (Auteur), Wolfgang Spiewok (Auteur), Francis Dubost (Auteur), Gilles Polizzi (Auteur), Thierry Revol (Auteur), Isabel De Barros Dias (Auteur), Stoyan Atanassov (Auteur), Carlos F. C. Carreto (Auteur), Zemmour Corinne (Auteur), Pascale Dumont (Auteur), Claudio Galderisi (Auteur), Miren Lacassagne (Auteur), Santiago López Martínez-Morás (Auteur), Agata Sobczyk (Auteur), Mercedes Travieso Ganaza (Auteur), Valérie Νaudet (Auteur), Cristina Νοaccο (Auteur), André Moisan (Auteur), Denis Hüe (Auteur), Sylvie Barnay (Auteur), Jean-René Valette (Auteur), Jean Marc Pastre (Auteur), Lilyan Kesteloot (Auteur), Patricia Victorin (Auteur), Jean-Jacques Vincensini (Auteur), Marylène Possamaï-Perez (Auteur), Alain Labbé (Auteur), Anne Berthelot (Auteur), Anne Mathieu (Auteur), Anne Bouillot (Auteur)
Publication : 17/01/2014
Langue : Français
Pages : 634
Éditeur : Presses universitaires de Provence
Collections : Senefiance
ISBN : 9782821836143
Catégories : Critique littéraire / Médiéval

Voici bien l'occasion de commencer par cette constatation d'Hegel : « La magie se rencontre chez tous les peuples et dans tous les temps ». Cependant que Michel Meslin remarque dans sa récenteEncyclopédie des Religions (Bayard 1997) que derrière tous ses oripeaux la magie pose en réalité le problème de la liberté de l'homme affronté à son destin. En effet, contrairement à la religion dont les rites s'évertuent à « concilier le divin avec l'ordre des choses du monde des hommes », la magie, intervenant également auprès des puissances supérieures, le manipule, les instrumentalise, et tente de les contraindre à satisfaire les désirs humains, n'hésitant pas à transgresser les règles sociales ou morales. René Mabille en son temps avait déjà établi cette distinction dans le champ commun du sacré. L'Europe (pour ne citer qu'elle) a connu une longue tradition où la magie se confondait avec les sciences ésotériques, largement héritées de l'Égypte et de la Kabbale juive. Et il faut reconnaître que durant le Moyen Âge, la magie se mélange à diverses sciences qui n'ont pas encore trouvé leur indépendance ni leurs méthodologie propre. Ainsi, la chimie, la médecine, la pharmacologie, l'astronomie. Il suffit d'ouvrir le « grand Albert » (15e siècle) attribué au maître de Thomas d'Aquin, pour distinguer à travers le fatras des recettes délirantes, des notations très justes sur les maladies, les plantes, les poisons, etc. ce qui explique que cet ouvrage fut sans cesse réédité jusqu'à l'aube du xxe siècle. Il n'est donc pas excessif d'affirmer que la magie par son aspect technique et utilitaire, tint lieu de science exacte durant le Moyen Âge européen, et fut prise au sérieux par les plus grands intellectuels de cette époque. Rappelons cependant que la magie même alors conserva un statut éminemment ambigu ; elle fut condamnée à intervalles réguliers par l'Église chrétienne, cependant qu'elle était pratiquée dans les couvents des Bénédictins, des Cisterciens et des célèbres Templiers.

Détails du livre numérique

Format de fichier Protection Services 7switch
ePub Tatouage Aucun
Mobipocket Tatouage Send-to-Kindle
PDF Tatouage Aucun
Version Web Aucun
9,99 USD