Femmes et pouvoirs des femmes à Byzance et en Occident (vie-xe siècles)

Auteurs : ,
Contributeurs

Jean-Marie Sansterre (Éditeur)

Régine le Jean (Éditeur)

Stéphane Lebecq (Éditeur)

Alain Dierkens (Éditeur)

Publication : 09/04/2018
Langue : Français
Pages : 257
Éditeur : Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion
Collections : Histoire et littérature du Septentrion (IRHiS)
ISBN : 9782490296019
Catégories : Histoire / Antiquité / Général

Le monde méditerranéen antique a inventé une forme culturelle qui a reçu le nom de polis en grec et de civitas en latin, d’où viennent en langues romanes les termes « politique » et « citoyenneté ». Dans cette structure, un groupe d’hommes, en principe originaires d’un territoire modeste, organisait sa vie par le moyen d’assemblées où seul le citoyen mâle avait droit à la parole et au vote. Si les femmes étaient maintenues à l’écart de ces institutions, elles avaient cependant une importance propre, non seulement dans d’autres sphères (domestique, religieuse), mais dans le domaine politique lui-même où leur fonction était essentielle. Plutôt que d’examiner du point de vue anthropologique et social la part limitée prise par des femmes dans les structures de pouvoir des civilisations de la Méditerranée antique, je voudrais examiner leur rôle dans la transmission de la qualité civique, c’est-à-dire dans la transmission de l’appartenance au groupe privilégié des citoyens. En tant que filles de citoyen ou — à Rome — comme affranchies d’un citoyen, elles pouvaient donner naissance à des enfants citoyens. Elles avaient donc une position fondamentale dans les lignées et dans la transmission du pouvoir civique.

Détails du livre numérique

Format de fichier Protection Services 7switch
ePub Tatouage Aucun
Mobipocket Tatouage Send-to-Kindle
PDF Tatouage Aucun
Version Web Aucun
14,99 USD